L’association Mains D’œuvres aux prises avec Saint-Ouen

Le mardi 19 septembre 2017 dans Lifestyle, News

mains-doeuvres

Le bail de l’association Mains d’Œuvres avec Saint-Ouen arrivera à son terme le 31 décembre 2017. Elle se bat contre le refus de la mairie de le renouveler.

Depuis son ouverture 2001, Mains d’Œuvres a pour vocation d’ouvrir la culture et la création à tous pour créer des projets et des expériences exceptionnels. Source de lien social, l’association emploie 25 personnes et 120 intermittents et accueille 25 000 visiteurs chaque année ; elle a été un tremplin pour les nombreux artistes qui s’y sont succédés en résidence.

Julie Portier, résidente de 2013 à 2015, la qualifie de « lieu précieux qui offre l’essentiel, un espace de travail, inconfortable certes mais très bon marché, un point d’ancrage permettant beaucoup de connexions avec d’autres champs ». Olivier Comte relève sa capacité à créer des artistes : « Quand on est arrivé à Mains d’œuvres, en 2004, on n’était rien. A la fin de la résidence, on était dans tous les in des festivals. »

mains-doeuvres-petition

Installée dans des locaux de 4 000 m2 à Saint-Ouen, Mains d’Œuvres participe à l’activité culturelle de la ville, ainsi qu’à son rayonnement, brassant diverses activités : musique, danse, théâtre, arts visuels… Ces dernières années, le maire William Delannoy a supprimé la subvention annuelle alloué à l’association, d’un montant de 91 000 euros, cette dernière ne peut donc plus payer son loyer. Un deal est signé en 2015, qui stipule que l’association doit quitter les lieux au 31 décembre 2017.

Depuis, l’association a renfloué ses caisses, et propose de racheter ce bâtiment dans lequel elle a beaucoup investi, notamment en travaux. Mais c’est trop tard : le maire dit avoir prévu d’y installer le nouveau Conservatoire de la ville, et ne propose pas de solution pour relocaliser MDO. Jean-Louis Péru, avocat de l’association, réfute ses dires : « Le déménagement du conservatoire n’est pas au budget 2017. Le dossier n’est pas budgété, le marché public n’a pas été lancé. La ville est de mauvaise foi ». Un bras de fer qui dure depuis plusieurs mois, et qui a débouché sur la création il y a une semaine d’une pétition sur Change.org pour obtenir le soutien citoyen. Vous pouvez y participer ici.

Vous pouvez retrouver notre interview de la directrice du lieu.

Instagram

Follow Us