[ITW] Le Smmmile Vegan Pop Festival s’installe au Parc de la Villette

Le lundi 11 septembre 2017 dans Music

18056604_620193808151159_222089622830132847_o

Le Smmmile Festival, c’est ce week-end au Parc de la Villette pour 3 jours de live et de conférences. Pour en savoir plus sur le festival vegan, nous avons échangé avec ses organisateurs.

Pouvez-vous expliquer le concept du festival ? Pourquoi ça s’appelle Smmmile ?

L’idée du SMMMILE – Vegan Pop Festival, c’est de faire le festival de nos rêves ! Avec, bien sûr, une programmation d’artistes que l’on adore, des choix exigeants musicalement mais accessibles. Et puis que ce festival soit une opportunité, pour le public, de découvrir le mode de vie végane, mais aussi de s’interroger de manière plus large sur notre rapport à l’économie, à la planète, aux différentes luttes. Simplement  montrer que l’on peut être végane et pop, militant et cool, bref faire un festival ouvert à tout le monde : simples curieux, fans de musique, végé-friendly ou véganes !

Le nom SMMMILE collait bien à cette idée, comme un sourire gourmand. On voulait que le mot « vegan » ne soit pas dans le noms du festival, pour que ce cela ne soit pas un frein, et puis SMMMILE c’est un clin d’oeil aux Beach Boys ;)

Le mélange végétalisme et musique, ça vous est venu comment ? Vous vouliez rendre le véganisme un peu plus « pop » ?

L’idée est venue en participant à des concerts où l’on avait rien à manger [rires]. Et puis nous sommes trois musiciens, fans de ces moments de vivre ensemble que sont les festivals ; on avait envie de lier notre militantisme à notre passion pour la musique. Il y a beaucoup d’artistes influents de la pop musique qui sont véganes : Paul McCartney, Damon Albarn, Stevie Wonder, Russell Simons de Def Jam… Tout comme eux, nous souhaitons rendre le véganisme pop, le sortir du cliché : « végane = austère et gris ».

14292351_503142199856321_1606213836579972484_n

Quel est l’objectif à terme ?

L’objectif, c’est d’installer le festival comme un rendez-vous, de le faire grandir pour en faire un évènement qui rayonne au delà de la France, en Europe ! Et puis continuer à développer d’autres projets avec cette même envie de faire découvrir, en couleur et en musique.

Comment avez-vous choisi la programmation ?

C’est Matthieu, le directeur du Trabendo, qui a construit cette programmation. L’idée c’est de programmer des coups de cœurs, de choisir des artistes qui sont ouverts sur le monde et sur la société. On voulait construire des soirées qui soient comme des petites constellations qui forment ensemble un univers cohérent : moderne et happy.

On navigue entre des influences très différentes. Il y a une soirée autour de la nouvelle création de Bachar Mar-Khalifé avec aussi les Ghanéens d’Ata Kak et Islam Chispy, une soirée hip-hop loin de clichés du genre avec Mykki Blanco et son hip-hop engagé et Cakes da Killa, accompagné de la folie de Gnucci… On a aussi des supers formules clubs, dont une programmé par Acid Arab avec notamment Moscoman ; l’autre avec Matias Aguayo (que l’on ne présente plus) et Bamao Yendé qui est un peu notre nouvelle coqueluche !

Le dimanche, on aura une soirée très pop, un peu comme la signature du festival, avec FM Belfast en headliner.

21034592_680111395492733_1229562670441634562_n

Le concert que vous attendez avec impatience ?

La création « The Water Wheel » de Bachar Mar Khalifé, autour de l’œuvre de Hamza El Din, un joueur de oud, de percussions et chanteur. Hamza El Din est un musicien culte de la fin des années 60, et il a beaucoup influencé la musique de Bachar. Les reports des lives sont dingues, les images que j’ai vues aussi, et c’est sa première à Paris !! Cela va être un moment magique, j’en suis sûr !

L’album de l’année pour vous ?

Celui du programmateur, c’est Sugar for the Pill de Slowdive.


L’artiste que vous rêvez de programmer ?

Faire une création avec Damon Albarn [chanteur, pianiste et compositeur de Blur et de Gorillaz, ndlr], ce serait quand même carrément sympa…

C’est quoi votre définition de la pop culture ?

Cela pourrait être l’objet d’une interview entière, c’est une question tellement complexe ! En tout cas, nous aimons la pop culture parce qu’elle n’est pas élitiste et que nous pensons que le mouvement végane ne doit pas l’être non plus. Ce n’est pas nécessairement une culture au rabais : les Beatles, Public Enemy et les citations d’Einstein font partie de la pop culture et cela fait du bien !

Le Smmmile Vegan Pop Festival, du 15 au 17 septembre au Parc de la Villette. Lien vers le site web – la  billetterie.

Instagram

Follow Us