[ITW] : Brice Coudert directeur artistique de Hors Série

Le mardi 30 mai 2017 dans Bon plan, Interview, Music, News

Hors Serie.jpg

Ce week-end aura lieu la Hors série #2, qui investira le Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines. Nous avons eu la chance de discuter avec Brice Coudert directeur artistique de l’agence Surpr!ze.

Lien de l’event par ICI

1 – Pourquoi avoir choisi un endroit aussi improbable qu’un vélodrome pour cette 2 eme édition ? Les démarches juridiques pour obtenir l’autorisation sont compliquées ?

L’idée derrière le projet Hors Serie est justement d’investir des lieux improbables. A la visite du lieu, nous avons directement eu un coup de foudre. La piste de vélo crée d’elle même un décor « spatial » autour du Dancefloor. L’espace central où sera installé la scène et le dancefloor, avec ses baies vitrées qui séparent de la piste cyclable, m’a tout de suite fait pensé à « Rollerball », ce vieux film de SF des années 70 qui était sensé se dérouler en… 2018.
Le lieu nous inspirait une sorte de warehouse du future, d’où notre envie d’y faire un évènement plutôt « techno », « rave » et efficace.
Quant aux démarches juridiques, c’est toujours un long process, mais nos équipes commencent à y être habitués. Et c’est un peu le genre de défi qu’on aime justement se lancer avec Hors Série !

2 –  Comment et pourquoi est né le projet Hors-Série

Nous avions déjà Concrete et Weather festival et nous cherchions tout simplement à monter un autre projet qui nous permettrait de produire des évènements à n’importe quel moment de l’année, basés sur des coups de foudre sur des lieux particuliers. La gare St Lazare nous a mis les pieds à l’étrier assez rapidement avec des contraintes énormes en terme de logistique, mais le projet a été une très grande réussite, et un magnifique souvenir pour toute l’équipe. On a donc directement embrayé dans le foulée sur le velodrome, qui sera un évènement très différent en terme d’ambiance. Et on est deja en préparation des opus suivants…

3 – La Concrète, le Weather et Hors-Série sont-ils 3 projets complémentaires ? Si oui, en quoi ?

Concrete est notre coeur. C’est l’endroit où l’on a commencé, où l’on passe tout notre temps, et grâce auquel nous défendons tous les weeks-ends notre esthétique musicale. C’est aussi le lieu qui nous permet de « construire » notre public au fur et à mesure des années.
Weather est pour nous un moyen de faire rayonner la scène. Par scène j’entends aussi bien les artistes français, qui représentent quasiment la moitié de la programmation, que le public en lui même, de plus en plus nombreux et passionné. L’idée est de montrer qu’il se passe des choses ici aussi ! Weather est également un moyen de faire plaisir aux gens tout simplement, en leur amenant une forte concentration de gros noms et d’artistes plus pointus ou rares, sur quelques jours.

Hors Serie, comme son nom l’indique, est notre side project et représente un veritable exercice de style pour nous. Il s’agit de « digger » des lieux, de définir le concept musical et scénique qui y collera le mieux, et de réinventer une fête de A à Z à chaque édition. La gare St Lazare, en plein centre de Paris nous avait inspiré un plateau house 100% français. Le velodrome, quand à lui, nous à directement donner envie d’y réaliser quelque chose de très « percutant » en terme de vibe. Voilà pourquoi ce plateau hyper efficace, qui ne laissera pas respirer les gens une minute de 20h à 10h du matin.

4 – Un artiste à surveiller de près selon vous ? (qui va certainement connaitre une croissance fulgurante)

Les 2 gars de KAS:ST qui ouvriront Hors Serie sont vraiment des artistes à suivre. Pas encore super connus du grand public, ils sont en train de se faire une solide réputation, notamment auprès de leur confrères. Ils ont signé récemment des morceaux sur Blocaus et Taapion, deux des jeunes labels techno français les plus en vue en ce moment. Et on prepare également une sortie sur Concrete miusic 4Am pour la rentrée, qui est juste sublime. Techno rugueuse et poétique à la fois. Et cerise sur le gateau, grosse attitude street derriere les platines.

5 – Ce qui tourne en boucle dans vos écouteurs en ce moment ?

Pas mal de Rap US. J’aime beaucoup Future, Young Thug et Migos bien évidemment, mais également des gars comme Dave East, Moneybagg Yo ou 21 Savage. Je trouve qu’il y a un vrai renouveau du genre, et ca me fait plaisir de me remettre à écouter du Hip Hop.
Sinon, en musique électronique, je profite à fond du privilege d’être un des seuls à avoir les prochains Eps de Rag Dabons, Leo pol et KAS:ST sur Concrete music… ;) 

6 –  Votre idéal de festival, ou le festival que vous auriez rêvé d’organiser ?

Nous n’avons pas un idéal de festival particulier. Un evenement à plusieurs scenes sur plusieurs jours comme on essaie de faire avec le weather, a autant de charme qu’un evenement plus intensif, sur une seul nuit, où tout le public est concentré sur le meme dancefloor, comme le prochain Hors serie. Après, tout depend de la magie qui opère ou pas. Et la magie, elle vient des artistes et du public.

17854886_1749656288612243_8268233824814364337_o

7 – #InstantPromo : vos futurs projets ?

Ces derniers mois, nous avons mis enormement de focus sur Concrete. Au bout de 5 ans, nous avions besoin de lui donner un second souffle. Licence 24h, gros travail sur l’acceuil avec notamment un changement de l’equipe de secu assez remarqué. Plus un gros effort qui va être mis en place dans les prochaines semaines pour rendre l’endroit plus comfort et propice au chill.
Et bien sur le label Concrete music dont quasiment tout le catalogue est maintenant disponible en numérique sur Deezer, Spotify, beatport etc…Avec de très belles sorties qui arrivent…
Quand aux autres projets, vous en entendrez parler très bientôt… ;)

8 – Nous la posons à tout le monde, so : quelle est votre définition / vision de la Pop Culture ?

La pop culture est aujourd’hui beaucoup moins bien définie qu’auparavant, où l’on avait d’un coté les artistes indépendants et underground, ciblés par un public de niche, et d’un autre des artistes plus mainstream, mis en avant par les maisons de disques et les gros médias, et prédestinés à toucher un public super large.
Aujourd’hui, un bedroom producer peut avoir autant de succès grace à Youtube et aux réseaux sociaux, qu’un artiste pop poussé par un énorme major et bénéficiant d’énormes campagnes presse. Le paysage musical devient du coup beaucoup plus imprévisible. Ces petits artistes, sortis de nulle part, commencent à bousculer l’uniformisation de la musique mainstream… Même si je pense qu’on a encore du pain sur la planche avant le retour d’une vraie Pop music de qualité.

Instagram

Follow Us