La nouvelle pépite visuelle d’Isaac Delusion

Le mercredi 24 mai 2017 dans Clip, Music, News, Opérations

Capture d’écran 2017-05-23 à 11.07.14

Le nouveau clip d’Isaac Delusion vient de sortir et pour l’occasion nous avons interviewé son réalisateur .

THE SINNER — INTERVIEW SACHA BARBIN

Quand j’ai écouté The Sinner pour la première fois, je me suis dit que le blues de la chanson connotait immédiatement un univers assez évident. On pense aux routes du sud des États-Unis, aux églises, à la poussière et aux ballots de pailles qui roulent poussés par le vent à travers des paysages déserts.

J’ai pensé qu’il serait intéressant de prendre le contre point de cette première sensation. Je me suis alors demandé comment apporter un traité réaliste à la figure du pécheur. C’est alors que la notion de baptême m’est apparue comme un moyen simple, symbolique et puissant d’illustrer cette chanson.

« Le baptême est un rite ou un sacrement symbolisant la nouvelle vie du croyant chrétien. Il est partagé par la quasi-totalité des Églises chrétiennes, étant donné son importance dans les textes bibliques. L’eau symbolise à la fois la mort par noyade des baptisés dans leur ancienne vie caractérisée par le péché, et leur nouvelle naissance dans une vie nouvelle et éternelle. »

En faisant quelques recherches sur le sujet et notamment sur les rites orthodoxes qui m’ont toujours fascinés pour leur richesse visuelle, je suis tombé sur cette tradition qui existe dans certains endroits en Russie et qui consiste, le jour de l’épiphanie, à se faire baptiser en se plongeant dans un lac gelé.

Ces images ont été un véritable choc esthétique. Elles possèdent une pureté graphique incroyable et une symbolique évidente.

J’ai souhaité filmer des portraits de russes se lavant de leur péchés dans ces eaux glaciales. Ces portraits s’alternent avec des tableaux qui illustrent le rite.

J’ai eu envie de traiter ce sujet à la manière de Daniel Wolf et de son clip pour Iron Sky de Paolo Nuttini. C’est à dire l’alliance du documentaire et du pur esthétisme.

L’idée étant de relier l’émotion présente dans la chanson à ces visages, ces corps, d’hommes et d’enfants.

Instagram

Follow Us