[ITW] KAZUHIRO TSUJI

Le mardi 19 juillet 2016 dans Interview, Lifestyle

KAZUHIRO_BETCPOP

Rangez vos pinceaux : Kazuhiro Tsuji

Tels les arts martiaux japonais, Kazuhiro Tsuji a suivi les enseignements d’un maitre, Dick Smith, pour devenir expert en maquillage de cinéma. Artiste assez exceptionnel, Kazu, de son petit nom, a réalisé les maquillages de films tels que La Planète des Singes, Men In Black, The Grinch … mais cultive également son art personnel en réalisant des portraits hyper-réalistes de figures incontournable, de Frida Kahlo à Andy Warhol. A l’occasion d’un cours donné pour Make Up Forever Academy à la Cité du Cinéma, nous sommes allés lui poser quelques questions.

Comment s’est faite cette collaboration avec Make Up Forever Academy ? 

Ca a commencé l’année dernière, ils m’ont contacté et m’ont demandé si j’étais intéressé de donner des cours, d’enseigner à leurs étudiants. J’aime beaucoup partagé ce que j’ai appris au cours de mon expérience. C’est comme ça que j’ai appris de Dick Smith …

C’était ma prochaine question ! Comment vous êtes vous rencontrés avec Dick Smith ? 

J’ai commencé le maquillage d’effet spécial comme un passe-temps, à l’âge de 17 ans, tout seul. Je voulais vraiment faire ce type de maquillage, c’était une passion. Un jour, j’ai trouvé un magazine qui parlait du travail de Dick Smith et là j’ai trouvé son adresse mail. Je lui ai écrit, il m’a répondu instantanément et nous avons commencé une correspondance. Ma question était : « Quel serait le meilleur moyen d’apprendre pour être un artiste maquilleur professionnel ? », il m’a répondu qu’il n’y avait pas de bonne école, le meilleur moyen serait d’apprendre par moi-même mais que si je venais avec un maquillage, il pouvait m’aider.

Il est américain, n’est ce pas ? Avez-vous trouver une différence entre la manière américaine de pratiquer cet art ?

Je ne pense pas qu’il y ait eu de manière « japonaise » à l’époque. Les japonais imitaient ce que les américains faisaient. Dick était un « classique », un vrai bon professeur, voulait aider les jeunes, d’où qu’ils viennent. J’ai eu beaucoup de chance. J’ai essayé d’aller plus loin que ce qu’il m’a appris et de le faire à ma façon.

Revenons au cinéma ; à quel stade du film vous appellent-ils pour parler maquillage ? 

Ils m’appellent souvent dès le début. Le producteur ou le réalisateur m’appelle avant, dès qu’il a l’idée du film. Ils m’envoient le script et on en discute. Je rencontre ensuite les acteurs et c’est parti …

Quel était le maquillage le plus « difficile » que vous ayez eu à faire ?

Tous à vrai dire … Ils étaient tous difficiles à leur manière. C’est toujours un vrai défi !

Je suppose qu’il y a une différence artiste et artiste maquilleur dans l’esprit des gens … Quelles sont les différences entre ces deux arts selon vous ? 

L’artiste maquilleur est quelqu’un dont on a besoin. Quelqu’un t’appelle car il a besoin de toi et on crée à partir de ça. L’artiste est seul, personne ne t’oblige à quoi que ce soit. On a quelque chose à faire, à dire par nous-même et souvent pour nous-même. C’est la différence la plus importante.

Vous faites des portraits sculptés hyper-réalistes, c’est vraiment époustouflant. Pourquoi avez-vous choisi ces personnalités là, plutôt que d’autres ? (Picasso, Frida Kahlo …) 

Je choisis mon sujet en fonction de ce qu’il se passe dans ma tête et dans ma vie. J’ai une liste de gens dont j’ai envie de faire le portrait. C’est une question de timing, je dirai, là je vais me dire : « c’est cette personne que je veux créer ».

Vous pensez leur redonner vie ? 

Le truc c’est qu’en créant leur portrait, je m’inspire d’eux et j’y ajoute un peu de moi. C’est comme une thérapie. Pour la plupart des artistes, ils trouvent un moyen de résoudre leur problème par l’art … C’est ce process qui me guide, sans que je le sache trop. Je ne fais que créer quelque chose de « hyper réaliste », j’apprends de ces gens, je vis une part de leur vie … c’est une sorte de respect pour qui ils sont, de la compassion. Je me demande souvent pourquoi les êtres humains existent et ce qu’ils font sur terre. Nous avons tellement peu de temps sur Terre … Que faisons-nous ici ? Je veux faire partie de ça. Je veux vivre une part de leur vie aussi. J’espère que ça peut inspirer les gens qui vont les regarder. Quelqu’un qui comprend ce que je veux dire, je pense qu’on peut avoir une vraie connexion ensemble, qu’ils vont sentir quelque chose de moi.

Nous sommes BETCPOP, quelle serait votre définition de la Pop Culture ? 

Pop Culture … Pop Culture ? Je ne sais pas … Quelle serait ma définition de Pop Culture ? C’est une question vraiment très difficile. hmm … je dirais que mes oeuvres sont une part de Pop Culture, car on peut dire que ce que je fais est facile à comprendre. On le voit, on peut l’approcher facilement mais on peut aussi aller beaucoup plus loin, beaucoup plus profond. Chacun peu le prendre comme il veut.

 

Instagram

Follow Us