24h avec Astropolis

Le mercredi 22 juin 2016 dans Music, Playlist 24h avec

13096227_10154823545091982_8507872613006254637_n

En attendant la grand messe du manoir de Keroual, vivez une journée plus vraie que nature.

Le festival Astropolis se déroulera du 1er au 3 juillet en terre Bretonne. Pour nous faire patienter, Matthieu Guerre-Berthelot et Gildas Rioualen aka les Sonics aka les fondateurs d’Astro qui perpétuent l’esprit rave du festival depuis maintenant 22 ans, vont nous mettre l’eau à la bouche.

Cette semaine, c’est Matthieu Guerre-Berthelot qui nous conte le récit du samedi 2 juillet 2016. On ne vous en dit pas plus, les mots parlent d’eux-même et suffiront à vous convaincre – si ce n’est pas déjà fait – de venir communier au manoir de Keroual la semaine prochaine.

Sur la Planche par La Femme

09h00  Le sommeil a été court. Couché vers 5h00. Réveil un peu dur. L’adrénaline donne le coup de fouet nécessaire pour se lever. Café, douche, re-café. La journée la plus longue de l’année commence : apothéose finale du job de l’équipe d’Astropolis.

The Bad People par Space Dimension Controller

10h00 J’allume l’ordinateur, rebranche mon téléphone. J’écoute et lis les premiers retours des régisseurs des soirées de la veille. La soirée R&S de la veille m’a ravi. On suit ce label depuis nos débuts. Les gens de R&S nous ont offert de parfaits moments pour ouvrir notre 22ème édition. Je me rappelle du groove catchy de Nastia. On savait que la jolie ukrainienne allait tout cartonner comme l’avait fait Ellen Alien en 2002… Une star naît au bout du monde.

Welt Am Draht par Pantha du Prince

11h00 – Les anecdotes des premières soirées tombent. Comme a son habitude le dance-floor de l’Astroclub fut moite, les festivaliers en jambe, bien décidés à en découdre. Ce ne sont pas Roman Flügel et Alex Boman qui me contrediront. Les runners sont partis en after avec quelques artistes, demandeurs de voir le lever du soleil sur la mer (!!!). L’un d’entre eux (un allemand) se met nu pour se baigner.  La fête est lancée.

One Last Star par Sage

12h00 On regarde la météo. Elle est au beau fixe. On le sait depuis quelques jours, mais on a besoin de vérifier, de se rassurer. A Brest, le temps change avec les marées. Mais cette année le coefficient de marée est faible et donc le soleil confirme sa présence.

Le Courage des Oiseaux par Dominique A

12h30 Pas de déjeuner pour Gildas. Il se réserve deux heures pour écouter les disques qu’il veut jouer ce soir avec le Sonic Crew.

The Final Frontier par Underground Resistance

13h00  Les réunions s’enchaînent avec les administratifs, les pompiers, la police, la croix rouge. Derniers réglages. Les rapports des différents régisseurs arrivent tout au long de la journée.

Mersey Paradise par Stone Roses

14h00 – On visite les offs du festival. On claque la bise à Maud de Scratch Massive en évoquant le court métrage de l’été 1994, dans lequel on était filmé au cœur d’un dancefloor lunaire à Quiberon.

Atlantic Jaxx par Eu Nao & Basement Jaxx

15h00 – L’après-midi est une balade en ville, entre sites vue sur mer et ceux de notre quartier de St Martin en joyeuse ébullition où on croise Elisa do Brasil et son crew aux terrasses des cafés de la Place Guérin entre deux parties de boules.

Falling par Julee Cruise

16h00 – Petit arrêt au Vauban ou Jess et Barbara, vétéranes de la communication du festival et leurs équipes accueillent les médias tout en répondant aux questions des festivaliers débarquant de la gare, aux artistes qui logent dans cet hôtel… Tiens, Manu le Malin se réveille, en appétit, il dévore un pavé de bœuf de 350gr. J’adore toujours autant cet endroit. Raconter tous nos souvenirs mériterait un livre.

Skyview par Blutch (Cuthead remix)

17h00 – les bambins des festivaliers groovent à l’Astroboum en plein air, place de la liberté, avant que leurs parents passent le relais aux grands parents et ne partent s’encanailler le temps d’une nuit. A chacun ses moments de fête.

An Old Decade par Atlantic

18h00 – Les croisières sur la rade de Brest ont fait carton plein. Quelques centaines de festivaliers ont eu la chance de découvrir Brest côté mer au son des gangs electro de l’Ouest. Brest, souvent assimilée à une ville militaire, rappelle également à ses invités qu’on la surnomme La Blanche.

True Faith par New Order

20h00 – Il faut retourner sur le site de Keroual où on fait le point billetterie. On devrait être 10-12000 à groover sur la pelouse du Manoir. On passe sur toutes les scènes. Gildas se charge du calage des platines et éviter tout rumble.

CHNR par Maxime Dangles

21h00 Les bus déversent leurs flots de festivaliers sur Keroual. La tension monte. Ça s’impatiente aux entrées. Ambiance forcément footballistique. Sur site c’est le calme avant la tempête. Tout le monde a envie que ça commence.

10:15 Saturday Night par The Cure

22H00  Le site ouvre ses portes. Comme chaque année l’expérience de la Rave va être totale. Le site est magnifique. L’effet Alice aux pays des merveilles fonctionne parfaitement. On sait que se rendre sur le site est parfois long. Le Manoir de Keroual se mérite et près de 500 personnes ont tout fait pour que ces moments soient magiques.

Anytime Anyplace AnyWhere par Carter the Unstoppable Sex Machine

23h00 – La fête est lancée. Le public trouve ses marques. Le groove s’installe. C’est parti pour un marathon d’une nuit. La grande roue vintage se met à tourner. La magie va prendre.

1st Shoot par Trunkline

Minuit – Côté cour, toute l’équipe d’Astropolis Records est au complet : Maxime Dangles a débarqué avec tout son studio analogique pour délivrer un set aux rythmes bruts, produits de ces machines uniques, loin des clés usb, beau comme le teaser qu’il a produit pour cette édition. Les deux Trunkline, Madben et Yann Lean proposent leur premier live  encore fragile, neuf, vivace, spontané comme leur premier ep 1st Shoot. La cour suinte. On adore…

Your Face When I Finally par Venatian Snares

01h00 – Sous le chapiteau Mekanik, 3 fabuleux lives s’enchaînent : SHXCXCHCXSH, Plaid, Venatian Snares. C’est bouleversant, bruyant, dérageant, ceux sont des artistes rares dans les festivals électro classiques. Venatian Snares nous la joue star inversée : il nous a demandé que tous les espaces qu’il va traverser à Astropolis soient fumeurs (!!!)… Scène, voiture, hôtel, restaurant… Classe totale…

Colour City par Laurent Garnier.

02h00 – Les maquillages commencent à couler. Les sourires sont éclatants. Ici, d’autres refont le monde. l’Astrofloor chavire à grand coup de beat house, deux garçons s’embrassent sur les vocaux so-sexy du new-yorkais Kerri Chandler.

Break Up III TK 4 par Shed

03h00 – Après le live de Shed, inclassable, plein de basses lourdes contrebalancées par des mélodies aiguisées, je passe voir la scène Tremplin. Le niveau est là. Les styles sont variés. Il y règne une joyeuse émulsion et je suis vraiment surpris par le parcours du parrain Blutch et des « petits » nouveaux (si on peut dire !!!) d’Atlantic. Pas peu fier de voir des artistes made in Finistère tirer leur épingle du jeu et prendre le flambeau.

Analogue Bubblebath par Aphex Twin

4h00 – La rave bat son plein avec son lot de comportements décalés : un couple (bien dévêtu) refait un tour de grande roue, une coupe de champagne s’envole pour atterrir sur mon épaule. Dans le chill out l’ambiance vire mystique, certains dansent mollement, d’autres semblent méditer. Ambiance zippy-hippie- libertaire chère à Astropolis.

Immortelle par Electric Rescue

05h00 – Le live d’Electric Rescue fait également mouche avec son titre Immortelle, pure tuerie dance-floor. Antoine connaît bien le festival, qu’il a pratiqué comme raver, qu’il a honoré avec son titre Astropolis sur Skryptöm, après nous avoir envoyé une multitude de  mix sous le nom de Djedi… C’est un plaisir de le voir exploser l’Astrofloor.

Come Together par Primal Scream

06h00 – Voici le final de mon dj culte : Andrew Weatherall. La cour est bouillonnante pour le gourou. Il la met à genoux en mixant classic techno, pépites spatiales venue de nulle part et pour finir le mémorable Higher Than The Sun de Primal Scream, track qu’il a produit pour Primal Scream au début des années 90, qui va faire battre la campagne à notre jeunesse… Tout en extase.

Surf Solar par Fuck Buttons

08h30 – Les sonos se sont tues et laissent un vide cotonneux s’installer qui se marie si bien avec les rayons du soleil…le public commence à quitter le site. Les corps sont fatigués, les yeux pétillent. On passe voir les régies, le pc sécu. Ici aussi la tension est retombée. Pour tous la nuit a été intense, l’expérience unique…

Every day is like Sunday par Morrissey

10h00 – Certains vont commencer le démontage, d’autres se reposer. Tous se retrouvent pour l’ultime After @ Vauban où on fête une belle édition 2016 et la victoire de La France en quart de finale de l’Euro contre l’Islande.

Instagram

Follow Us