Download Festival Paris : concurrent du Hellfest ?

Le lundi 13 juin 2016 dans Live report, Music, News

Ce week-end avait lieu la première édition française du Download festival à l’hippodrome de Longchamps, rassemblant fans de métal autour d’une programmation solide. Le nouveau Hellfest ?

Pour ceux qui attendaient une réponse à la question « Le Download est-il un concurrent du Hellfest ? », la réponse est non. Mais il participe à l’accès des passionnés à cette culture fabuleuse, c’est un fait et c’est déjà beau.

L’esprit est différent, un petit quelque chose, un truc imperceptible et les quelques problèmes techniques survenus le vendredi pousseront même les moins tolérants à préférer d’autres festivals malgré la bonne volonté et la motivation des acteurs de l’organisation sur place.

En effet, arriver à 14h30 à l’entrée et manquer le début d’un concert à 16h30 n’aurait pas forcément été gênant.. si ce n’avait pas été Gojira.

On ne fait pas jouer Gojira quand la moitié des fans sont bloqués dehors, une semaine avant la sortie de leur 6ème album, erreur fatale, monumentale.

Est-ce que quelqu’un là-bas s’est rendu compte qu’ils étaient déjà une légende et que ce sont eux qui fédèrent le métal français aujourd’hui tout comme Mass Hysteria qui ne mérite certainement plus de jouer l’après-midi. Mais est-ce que quelqu’un sait d’où viennent ces groupes?

Le Download Paris devrait afficher des groupes fédérateurs issus de la scène française peut-être pas en tête d’affiche, mais quand même pas à l’heure de la sieste. De groupes locaux, des affiches moins brillantes et bankable mais fédératrices. Le combat de la scène métal française est énorme depuis 30 /40 ans, la plupart des groupes galèrent pour être programmés avec pourtant des réseaux et des autoprod de qualité. Je ne dis pas que tout est bon mais il y a de vrais talents qui mériteraient d’être présentés et valorisés – ce que ce genre de festival pourrait envisager pour le bien de tous et pour leur valeur ajoutée. Je dis ça, je dis rien.

13413152_1182640025120844_823877561171518400_n

Franchement, ayant eu la chance rare et précieuse d’accéder au site par la porte privilégiée, j’ai ressenti une grosse rage en entendant le début du concert de Gojira alors que des centaines de fans devenaient blêmes dans la file d’attente d’1 kilomètre (problème de billetterie électronique m’a-t-on dit..), et je m’arrête avant de parler du système cashless sur place, bon principe en soi, qui a totalement merdé le premier jour. Le personnel du festival était en bad ça se voyait, ça a dû être un enfer pour eux. Heureusement que les MetalHeads, dans le fond, sont des gens intelligents. On n’était pas loin de l’émeute..

Bien sûr on se souvient tous du FuryFest/HellFest, les débuts c’est toujours compliqué et on voit ce que c’est devenu, merci Ben et les acteurs locaux, il faut donc souhaiter au Download un bel avenir.

Bref, après le coup de gueule du merdeux bourgeois blasé qui critique tout en rentrant par la porte des invités, il s’agit quand même de rectifier le tir.

Du métal au bout d’un pass navigo.. des navettes gratuites, du personnel réparti depuis porte Dauphine pour l’encadrement, des artistes du quotidien et de l’ombre (service, nettoyage, chauffeurs, sécurité, billetterie, etc) au service des festivaliers.

Personne ne pourra dire que le coeur n’y était pas et merci à tous ces acteurs de l’ombres, ce sont eux aussi qui font ces moments.

Le Download est un bon festival, il y a de la qualité, du folklore et du business. Il pourrait être considéré comme un warm up avant le Hellfest pour ceux qui crèchent en région parisienne. Et comme d’habitude la facilité et le confort vous font fermer vos gueules et c’est normal.

Ce festival est une chance de plus pour les fans de cette culture extrêmement sous estimée en France. Il n’y a qu’à voir la branlée d’émotion et de joie que confèrent Gojira, Mass Hysteria, Korn, Deftones, Amon Amarth, Rammstein, Maiden et les autres.. La découverte de Biffy Clyro est par exemple excellente.

13445627_1182657115119135_6988978745690820180_n

La communion avec le public, incroyable, il faut voir ça pour le croire, que les politiques voient ça, ça calmerait leurs égos et ils apprendraient peut-être quelque chose.

Reconnu, pas reconnu, le Métal restera toujours underground, et c’est tant mieux, c’est le paradoxe.. et c’est ça qui est bon.

Bien sûr, ça fait vendre des fringues et de la grosse bière de gros, ça rapporte du cash et ça en rapportera bien plus dans le futur, c’est donc un joli créneau d’autant que le métal étant une passion viscérale, le « marché » existe et est impressionnant. Là je ne parle pas de la ménagère versus le jeune pré pubère versus le cadre dynamique etc. Pas de csp, pas de cible, pas d’étude, il n’y a rien a chercher, les MetalHeads sont un exemple fabuleux de ce qu’est une fédération, une famille. Tout âge, toute confession, tout revenu, ils se réunissent pour vibrer et partager la force et la beauté d’une culture qui leur appartient, les nourris et les comprend. C’est beau.

On peut se dire que le Download ne peut qu’évoluer en mieux et c’est tout ce qu’on leur souhaite. Le fait que des festivals de cette ampleur existent aujourd’hui en France est une chance, il faut juste que la politique business soit au service exclusif des fans et de notre culture, sinon absolument aucun intérêt.

Le métal c’est du coeur, de l’intensité et de la passion, rien d’autre. Si ce principe est respecté, pas d’inquiétude à avoir, la thune tombera de partout.

C’est un marché énorme de passionné, des t-shirts, du sky et des yaourts à l’effigie du prince de la mort, ça se vendra. Mettez le blaze de Lemmy sur un yaourt, et vous ferez des heureux.

Donc si le respect et la passion sont là, le business suivra, dans le cas contraire, ça ne sera qu’un produit comme un autre et ça serait franchement dommage.

On souhaite le meilleur au Download, merci pour cet événement remarquable.

Un grand merci à tous les artistes pour la magie, remerciement spéciaux à Joseph, Mario, Jean-Michel, Christian et Mouss, pour ceux et ce qu’il sont, autant de talent pour autant de simplicité ça arrive qu’une fois dans une vie les mecs.

FUCK

\m/

Boris

Instagram

Follow Us