« Le Renouveau » de la fête parisienne par Utopie Tangible

Le lundi 02 mai 2016 dans Music

Utopie Tangible vous offre un reportage rafraîchissant : Le Renouveau

La fête et Paris, une histoire de longue date qui ne cesse de s’intensifier mais également de se transformer. Une histoire que nous vivons aussi à travers les clubs, la musique et des collectifs de plus en plus importants. Le webzine  Utopie Tangible a décidé de rendre hommage à ces gars, qui font de Paris et de ses alentours un terrain de jeux où il fait bon danser, à travers le documentaire « Le Renouveau« . Pour en savoir plus sur ce joli projet, nous sommes allés leur poser quelques questions.

C’est quoi votre utopie à vous, Utopie Tangible ?

Un Line up: Etienne Daho, Doc Gyneco, Arvo Part, Omar Souleyman.

Un Lieu: Une plage de Porquerolles, “les pieds dans l’eau” comme l’a dit Katerine.

Expliquez-nous un peu quelle est votre ambition à travers ce projet « Le Renouveau » ?

Notre volonté première était de mettre en image ce que l’on voit depuis 3/4 ans. Les premiers événements de ce style auxquels on a participé nous ont marqué.

Étant proches de ces collectifs – à travers les partenariats mis en place entre notre site et leurs événements – on a  simplement eu envie d’apporter notre pierre à ce mouvement de collectifs qui mérite amplement d’être mis en lumière. C’est un très beau moyen d’aider ces collectifs à montrer ce qui se passe à Paris et de prouver aux autres capitales européennes que la Fête à Paris est belle et bien là.  On a encore des souvenirs plein la tête de nos premières fêtes à La Ferme du Bonheur puis à l’Otto ou à l’Alter. On était franchement comme des gamins émerveillés devant leurs cadeaux de Noël. On a suivi cette évolution de près et aujourd’hui on est ravis de voir l’engouement général autour de ces événements. Ils sont de plus en plus populaires mais bizarrement, il n’y a jamais encore eu de focus vidéo de cette ambiance générale à Paris. C’est maintenant chose faite.

On a le sentiment que ces événements sont en lien direct avec le climat social actuel. Les gens ont besoin de se sentir aimés, de lâcher prise et d’aimer en retour. C’est exactement ce que leur offrent ces événements pendant quelques heures.

 

Ca dure combien de temps ? Qu’est ce qu’on y voit ?

Le documentaire est un format court de 25 minutes.

Nous avons filmé sur plusieurs dates entre Mai et Octobre 2015, à différents moments de la journée, afin de montrer les différents aspects de leurs fêtes. Pour La Mamie’s par exemple, nous avons passé du temps à La Ferme du Bonheur mais il nous semblait indispensable d’avoir aussi des images du Macki Music Festival qu’ils co-organisent avec Cracki Records depuis 3 ans. Passer de l’organisation de petits événements à celle d’un festival en quelques années est la preuve de l’engouement autour de cette scène.

Dans ce documentaire, on y voit les collectifs suivants : La Mamie’s, l’Alter Paname, OTTO10, le Disctrict Factory, Microclimat et Le Camion Bazar. Nous les avons tous interviewés et avons essayé de monter ça de la manière la plus cohérente possible.

On y voit les nouveaux composants d’une fête réussie : l’installation, la prise de possession des lieux, des ateliers ludiques, des stands de restauration, de massages, des décors, des déguisements, des dj sets ou des lives toujours bien choisis. Et forcément avec tous ces composants réunis on y voit beaucoup de sourires !

 

C’est donc une nouvelle manière de faire la fête … ?

“Nouvelle manière” peut-être pas, comme nous l’avons dit précédemment, ce mouvement existe depuis quelques années maintenant à Paris, et les nouveaux collectifs ont su apporter ce vent de fraicheur qui manquait tant à la fête parisienne. On le voit plutôt comme une alternative à la fête très classique que l’on rencontre dans le format “clubbing”.

Paris a su aller s’inspirer de ce qui se passe dans d’autres villes européennes mais surtout à s’adapter à ses espaces uniques. On peut enfin dire que Paris à trouver son format et fait ses propres fêtes que les autres capitales commencent à nous envier.

le-renouveau-docu

Quels seraient les points communs et différences entre Paris et la banlieue en 2016?

On entend beaucoup parler du Grand Paris aujourd’hui. Pour le moment c’est encore très abstrait. De notre point de vue, c’est à travers ces collectifs que cela devient concret. Ils ont exploité les grands espaces offerts par la banlieue et ont réussi apres quelques années a y déplacer des foules.. venant souvent de Paris même. L’open air connaît un grand succès et à part quelques lieux parisiens, c’est en banlieue que l’on trouve les plus beaux dancefloor à l’air libre.

 

Quel message « global » on tire de ces collectifs/artistes/crew ?

Les gens sont prêts à bouger, ils veulent autre chose et vivre d’autres sensations et émotions.

Il y a un réel travail inconsciemment autour des mots clés de “responsabilité “ et “collaboratif”. Ces fêtes là abordent différemment la relation au public en les responsabilisant et en les faisant participer. On ne consume plus la fête, on est partie intégrante de celle-ci.

 

On a envie de courir faire la danser déguisé après avoir vu le documentaire ?

Ouh que oui ! Le but de ce projet est également d’attirer de nouvelles foules vers ces formats de fêtes. C’est un état d’esprit dans lequel on espère réussir à embrigader de nouvelles personnes qui s’ennuient dans les formats traditionnels de la fête. Avec ce documentaire, on souhaite donner l’aperçu le plus réaliste possible de ce qui nous à émerveiller depuis le premier jour et qui continue 4 ans plus tard.

Pour découvrir ce documentaire en intégralité, on vous donne rendez-vous dimanche 15 mai aux anciens studios de cinéma à Montreuil à partir de 13h jusqu’à minuit. Comme on aime le projet et qu’on le veut vous le partager, des places sont à gagner !

Pour participer au tirage au sort et tenter de remporter les invitations:
1) Follow+RT BETC POP sur Twitter
2) Un petit mot doux à l’adresse rsvp.betcpop@betc.com

Instagram

Follow Us