Tendance : la danse de groupe n’est pas morte !

Le mardi 26 avril 2016 dans Lifestyle


dance-de-groupe

Echapper aux chorégraphies d’été, c’est un peu comme sortir en club sans voir de Voodoo

Cette année, heureusement plus sur les réseaux sociaux que dans la vraie vie, il est impossible de passer à côté du Dab, du Whip, du Naenae, les gens font des milliers de Vine sur « Feelin’ Myself » et l’Arabie Saoudite tremble devant l’invasion barbare du Barbs. La danse de groupe, tendance qu’on aurait pu croire disparue depuis la fin des bals musettes, a toujours de beaux jours devant elle. Après les soubresauts des années 90-00 aka l’âge d’or des chorés de Mia Fry, ce sont des artistes/rappeurs/danseurs comme Silento ou Migos qui ont envahis de leurs pas de danse nos cours de récré, feeds Facebook, Vine, Instagram et Twitter .

dab

Littéralement « s’en tamponner« , le Dab a rapidement fait le tour du globe notamment grâce aux gifs. Moins danse de groupe que signe d’autosuffisance, il est ni plus ni moins l’équivalent du superbe « Parle à ma main« . Ses cousins « Whip » et « Nae Nae » ne veulent quant à eux rien dire, mais ils rencontrent le même succès :

Enfant des réseaux sociaux, Silento vient d’avoir 18 ans. Et il comptabilise déjà 815 millions de vues sur son tube « Watch Me (Whip/Nae Nae)« , allègrement repris par les petits et les grands de 7 à 77 ans.

Cela faisait presque 10 ans que l’on avait pas assisté à un tel phénomène. Souvenez vous. 2007, 4emeB, bagues plein la bouche, mèche grasse collée au front et acné rampant sur les joues, on vous retrouve à la boum de Julie (votre première soirée qui a duré jusqu’à 22h30 #emotion) en train de beugler « YOOOOOUUUUU » et  « SUPERMAAAAAN » tout en agitant votre corps frêle de pubère à peine éclos : les ravages de l’effet Soulja.


La légende ultime 

Dans les 90’s est apparu la mère de toutes les chorés, celle qui a relégué le Madison aux oubliettes, celle que vous n’avez plus honte de danser à la 7eme coupe de champagne au mariage de votre cousin : La Macarena. La consécration de Mia Frye, le grand n’importe quoi de la reproduction des paroles (oualpoulaégilapoualégilamacarena), mais surtout des pas qui auront marqué plusieurs générations. Ça n’est pas la choré la plus chic, ça n’est pas la plus élaborée, mais une chose est sûre : c’est la plus pop !

Instagram

Follow Us