Burn presents « Light it up ! »

Le vendredi 22 avril 2016 dans Bon plan, Music, News

1505286_945889948864197_4100674814803334233_n

Dans le cadre du festival Nuits sonores, Burn présente une soirée exceptionnelle au Sucre le samedi 7 mai – avec un line up de haute voltige : David August, Mind Against, Fatima Yamaha et Mehmet Aslan.

Samedi 7 mai, Nuits sonores accueille Burn pour un événement exceptionnel dans l’enceinte de l’emblématique club lyonnais Le Sucre (résidence de Laurent Garnier).

Au programme de cette soirée : un dispositif scénographique unique mêlant lumière & arts graphiques, des animations créatives et autres surprises.

Mais bien évidemment, le plus important, c’est le line up qui viendra rythmer la soirée : rare tout en restant très cohérent.

David August :

On ne se lassera pas des productions planantes et mélodiques du jeune DJ allemand de 25 ans. David August arrive à créer des morceaux qui groovent, construits la plupart du temps autour de puissantes lignes de clavier. On pensera notamment aux tracks Moving Day, Instant Harmony, l’hymne Hamburg is For Lovers et bien entendu le magnifique Blossom. Et ce n’est pas pour rien que David August a un style que l’on reconnaît si bien en terme d’harmonies  : il a commencé le piano à l’âge de 5 ans…!

Mind Against :

Le duo italien signé sur le très bon label Life And Death (fondé par DJ Tennis) maîtrise parfaitement la technique du clair obscur – mais adaptée à leur techno : « Le clair-obscur est une pratique artistique permettant de produire sur le plan de l’image des effets de relief par la reproduction des effets de l’ombre et de la lumière sur les volumes perceptibles dans l’espace réel. » Mind Against c’est une techno hypnotique qui oscille entre lignes de basses sombres et arpèges mélodiques lumineux. Voyage assuré.

Fatima Yamaha :

Qui a pu passer à côté du tube What’s a Girl To Do et son synthé old-school si caractéristique ? Eh bien, à vrai dire quasiment tout le monde puisque le morceau date de 2004 et a été réédité l’année dernière avec le succès qu’on lui connaît. On attend ce live de Fatima Yamaha avec impatience pour les solos de synthés à l’image de sa Boiler Room au Dekmantel l’été dernier (le live de What’s a Girl To Do commence à 25:40 min pour les plus impatients !).

Mehmet Aslan :

D’origine turque Mehmet Aslan aime se réapproprier des sonorités folkloriques en leur donnant une touche moderne adaptée à un dancefloor, à la manière d’Acid Arab. Préparez-vous à voyager en turquie version 2.0.

Événement

Instagram

Follow Us