Que penser de Bernie Sanders feat Run The Jewels ?

Le mardi 19 avril 2016 dans Music


Comment aller chercher des électeurs ? Demandez à Bernie Sanders !

Si vous aussi vous êtes mitigés quant à l’introduction de Bernie Sanders au concert du groupe de rap ricain Run The Jewels à Coachella, la rédaction vous donne ses arguments et vous êtes invités à participer au débat sur Twitter ! 

Une manière un peu trop évidente d’aller chercher des électeurs là où il y en a …

La guerre médiatique des politiques fait rage aux Etats-Unis – on vous passera le débat sur Trump qui n’est pas de bon ton ici – et il faut savoir faire preuve de stratégie et de créativité pour aller chercher les électeurs là où ils se trouvent ; soit ! Pour le socialiste Bernie Sanders, la stratégie est d’aller voir son « old pal » le duo Run The Jewels.  Le groupe enchaine les dates à l’international et jouit déjà d’une énorme notoriété grâce à un de ses membres : Killer Mike. Le rappeur est bien connu pour son engagement politique, notamment avec son titre de 2012 « Reagan« .  Quoi de mieux comme positionnement que de soutenir ce groupe de rap pour Bernie ? D’un autre côté, quand on compare la technique Sanders à celle d’Hillary Clinton, son adversaire … la préférence est assez vite faite ! Pour l’anecdote, le rappeur et le sénateur forment une vraie relation « gagnante-gagnante » où l’un aide l’autre à récolter des voix et l’autre fait découvrir la musique de l’un (« Killer Mike, I’m so glad Bernie introduced me to you. Love your Reagan song and vid. So when are you going to write a Malcom, King and Bernie Song?« ).

Le soutien des politiques aux rappeurs et vice-versa : pourquoi pas en France ?

Depuis sa naissance aux States, l’essence du rap est de dénoncer les failles du système et les politiques, il semble donc logique que ces derniers ne soient pas grands potes avec les rappeurs et vice versa. Et pourtant, outre atlantique les choses ont très vite évolué et des amitiés se sont formées, avec les tunes que ces rappeurs faisaient mais surtout avec l’influence -souvent positive- que certains avaient (l’American Dream toussa) sur les jeunes électeurs. La question maintenant : quelle différence en France ? Si Doc Gyneco a ruiné sa carrière en soutenant Sarkozy ou que Diam’s a crédibilisé la sienne avec « Marine« , d’autres ont eu affaire à la justice de manière virulente comme Minister Amer et leur « Sacrifice du poulet« , Orelsan ou encore la Rumeur à qui ont a reproché d’inciter les jeunes à la violence ou au meurtre. A part Abd Al Malik qui se voit attribuer la distinction de « Chevalier des Arts et des Lettres » par le Ministère de la Culture en 2008, a-t-on vraiment envie qu’une relation politique-rappeur se crée ? Le débat est lancé, on vous écoute !

Julie

Instagram

Follow Us