[ITW] La Mverte

Le mercredi 06 avril 2016 dans Bon plan, Music

La Mverte jouera au Badaboum ce vendredi en b2b avec David Shaw, à l’occasion de la Her Majesty’s Ship night. On lui a posé quelques questions pour l’occasion.

Alexandre Berly aka La Mverte est un producteur multitâche qui mélange synth-wave, techno et italo disco. Signé sur Her Majesty’s Ship depuis son premier EP Through the Circles, il a notamment participé à l’édition 2014 de la Red Bull Music Academy à Tokyo. Nous avons pu en apprendre plus au cours d’une interview !

Afficher l'image d'origine

Tu as commencé en tant que bassiste dans des petits groupes de punk, pourquoi s’être dirigé vers la musique plus électronique par la suite ?

 Je dirais que ce sont aussi bien mes goûts musicaux très teintés d’électronique, notamment tous les courants «  wave » (synthwave, new wave, cold wave…) – pour faire la jonction avec ce background en particulier – mais aussi mon ouverture à de nouveaux instruments ou outils comme les synthétiseurs ou l’utilisation de logiciels comme Live ou Pro Tools, qui ont initié le mouvement. On pourrait aussi adjoindre l’envie de faire de la musique de manière plus indépendante, en solo. Une multitude de raisons, en fait.

Tu as participé à la RBMA de Tokyo en 2014 – sélectionné parmi plus de 6000 aspirants ! – en quoi cette expérience t’a été bénéfique ?

Difficile de résumer 2 semaines entièrement consacrées à la musique et aux échanges en quelques mots. Disons qu’entre le cadre incroyable, les rencontres très riches aussi bien avec les autres participants qu’avec l’encadrement ou les intervenants (comme Michael Rother de Neu!, Rashad Becker ou Dave Smith, pour n’en citer que quelques uns), la possibilité et l’envie de collaborer, s’ouvrir, le besoin de curiosité, cette expérience est sans pareil. Cela a aussi permis de tisser des liens avec certains, comme Alejandro Paz ou Marco Passarani, et d’initier d’autres collaborations avec la RBMA.

As-tu rencontré des « tuteurs » là-bas qui t’ont aidé ou influencé dans tes productions ?

Marco Passarani justement. Je ne dirais pas qu’il m’a « influencé dans mes productions », mais avec Marco (et Alejandro), nous passions le plus clair de notre temps à discuter musique aussi bien d’un point de vue culturel que technique. C’est avec Marco qu’Alejandro et moi avons notamment passé une nuit en studio, « off the record », avec Kerri Chandler, à re-créer un morceau de D-Train en suivant le process dudit Kerri. Une super nuit, complètement impromptue, encore une fois pleine d’échanges et de discussions comme de musique. Un vrai beau souvenir.

Ton dernier EP « The line » en duo avec le chilien Alejandro Paz, rencontré à la RBMA, est sorti sur Her Majesty’s Ship en novembre dernier. Comment s’est passée la production de cet EP ?

Nous avons justement commencé les deux originaux ensemble à Tokyo lors de cette RBMA. Nous voulions ensuite continuer de les travailler par Internet, mais sans vraiment de succès. Nous avons eu l’opportunité d’accéder au Red Bull Studio de Paris entre nos dates aux Nuits Sonores et à Villette Sonique l’an dernier, ce qui nous a permis d’aussi bien finir que mixer les deux morceaux, pour ensuite mieux les remixer et terminer de constituer cet EP. 

Quels sont tes futurs projets en cours ?

J’ai passé une bonne partie de l’an dernier à finaliser les deux EPs A Game Called Tarot et The Line, tous deux parus chez Her Majesty’s Ship, ainsi qu’à concevoir et monter mon Live, ce qui m’a pris pas mal de temps. Cette année, je suis de nouveau focalisé sur l’écriture et la production de nouveaux morceaux, ainsi que sur les dates qui se présentent à moi, avec notamment quelques festivals, dont Dour, le Midi Festival ou les 3 Eléphants, pour ne citer que ceux qui sont confirmés pour l’instant.

Imaginons qu’on te donne un défi : remplacer le track fétiche d’un de tes potes (ou non d’ailleurs), celui dont tu es sûr qu’il le jouera durant la soirée, par un truc vraiment naze. Genre, tu fais un édit de la chanson (renommé bien sûr comme il faut sur sa clé usb) qui, au moment du break partira sur cette chanson mystère. Quelle chanson et à qui faire la blague ?

 Je ne suis pas sûr que ce genre d’humour soit du meilleur goût, en tout cas, je n’apprécierais pas vraiment, personnellement. En revanche, dans le cadre d’une soirée détente, en appartement ou dans un cadre privé, et sur le ton de la private joke, je collerais le morceau « Les Clopes » sur la clé de Yan (Wagner).

Le pire souvenir sur une date ?

Récemment, je me suis vu vider la salle par le groupe qui jouait avant moi sur une date, parce que c’était mauvais. Beau score.

Ton Meilleur souvenir ?

Il y en a plein, c’est difficile de n’en retenir qu’un. Disons que, pour La Mverte, le Sónar de l’an dernier gardera forcément une saveur particulière. Sinon, la baignade post-Montreux Jazz Festival lors de la tournée de Yan Wagner, qui défendait alors son premier album (« Forty Eight Hours »), reste un super souvenir en ces jours de beaux temps (parmi tant d’autres).

La chanson honteuse que tu écoutes mais que tu n’as jamais révélée ?

Encore une question difficile. 10CC – I’m not in love, peut être ?

Qu’est-ce que la Pop Culture selon toi ?

C’est difficile en quelques mots. Disons que, pour moi, la culture pop n’est pas une culture de masse, mais une culture de groupe, construite en opposition avec la culture dite « classique », mais plutôt incarnée par des classiques personnels, et non des classiques « populaires ». C’est une culture propre, appropriée, apprivoisée, en constante mutation. C’est un pan majeur de ma culture, et l’idée que chacun puisse la façonner de manière propre et personnelle, à différents niveaux, m’est très séduisante.

Peux-tu nous donner un son par décennie ? 

60’s =  Serge Gainsbourg – Bonnie & Clyde

70’s =  Krisma – Lover

80’s =  Suzy Andrews – Ice Age

90’s =  Pulp – This is Hardcore

00’s =  Fischerspooner – Emerge

10’s =  David Shaw & The Beat – Infected

Ps : ce n’est pas un best-of, juste un instantané, qui changera dans une heure, une journée…

12803009_609812599170502_4413730890646774092_n

Événement
Billetterie

Vous pourrez le retrouver vendredi aux platines du Badaboum en b2b avec David Shaw et aux côtés de Andy Butler (de Hercules & Love Affair) pour la soirée du label Her Majesty’s Ship.

2X2 places sont à gagner :

Pour participer au tirage au sort et tenter de remporter les invitations:
1) Follow+RT BETC POP sur Twitter
2) Un petit mot doux à l’adresse rsvp.betcpop@betc.com

 by Pierre

Instagram

Follow Us