Et la lumière fut !

Le mardi 01 mars 2016 dans Arts

De belles têtes d’affiches et un soundsystem bien calibré sont généralement le gros du travail pour une soirée réussie. Mais une chose essentielle permet de sublimer le tout et de créer une dimension artistique : le lightshow.

Avec l’uniformisation des lines-up dans les différentes soirées que l’on peut constater ces derniers temps, certains clubs ou artistes essayent de se différencier et de proposer au public une expérience unique.

On vous a répertorié quelques unes des plus belles installations lumières, qui changent de l’habituel stroboscope et autres spots verts ou rouges des soirées en appart’.

Les installations de Squidsoup : 

C’est un groupe international d’artistes – allant du chercheur au designer – qui propose des expériences interactives et immersives souvent exposées en festival voire dans des galeries autour du monde. Leur particularité ? Le collectif aime faire participer le spectateur dans ses réalisations.

On vous laisse admirer ce qu’ils avaient imaginé, pour un live de Four Tet, à Londres l’été dernier. Les gens pouvaient littéralement danser à l’intérieur de l’installation faite de cordons lumineux suspendus au plafond – réagissant bien entendu en fonction de la musique.

Amon Tobin et son ISAM Tour 2012/2013 :

On connaissait Etienne de Crécy et son fameux Cube qui s’animait au fil d’un mapping vidéo bien senti. Si vous étiez fan, vous allez adorer ce qui va suivre.

Amon Tobin a réalisé – avec entre autres Vita Motus pour le design et V Squared Labs pour le mapping – une structure hallucinante, qui donnait une toute autre dimension à son live. Performance artistique ou musicale ? La frontière paraît dans ce cas-ci bien dure à définir !

The Year, club à São Paulo :

The Year est l’un des derniers clubs qui a ouvert à São Paulo et qui a confié son installation lumineuse au designer Guto Requena. Le principe ? le dancefloor est surmonté d’une cage à LED interactive, qui réagit grâce à différent capteurs dans la salle.

Le DJ peut ainsi contrôler les effets lumineux grâce à un capteur sensoriel qui prend en compte ses petits mouvements de danse (Nina Kraviz si tu nous entends…). Un capteur thermique est également situé au plafond et répond à la température et aux mouvements des clubbers. Vos pas de danses préférés auront donc un réel impact sur la qualité visuelle de votre soirée !

Les sculptures lumineuses modulaires Orbis Fly

Vous connaissez le plafond du Faust ? Voici son évolution ! Entre sculpture évolutive en 3D et lightshow hypnotique, on a en tout cas vraiment hâte de voir ce type d’installation se répandre dans nos clubs et nos festivals !

by Pierre

Instagram

Follow Us