Marguerite & Julien : la nouvelle sensation Donzelli

Le mardi 01 décembre 2015 dans Movies, News

Valérie Donzelli nous avait marqué en 2011 avec « La Guerre est déclarée », l’histoire d’un jeune couple qui se battait contre la maladie de son enfant. Dans ce film, elle s’attaque à un sujet plus aventureux, celui de l’inceste à travers les personnages de Marguerite et Julien de Ravallet, frère et soeur épris d’un amour passionnel. 

Dans son nouveau film, Valérie Donzelli prend le pari de traiter un sujet tabou. Ainsi, elle décide d’aborder l’histoire vraie de Marguerite et Julien de Ravalet, fille et fils du Seigneur de Tourlaville, qui furent exécutés en Place de Grève en 1603 pour adultère et inceste. Jean Gruault, scénariste de Jules et Jim pour François Truffaut ou de Mon oncle d’Amérique pour Alain Resnais, en tira un scénario en 1973 destiné à Truffaut. Celui-ci abandonna finalement le projet, trouvant le sujet de l’inceste un peu trop à la mode de ces années 70.

Photo-1-Marguerite-et-Julien-1200x520

Valérie Donzelli s’est alors emparée du dossier et se l’est réapproprié avec une touche de modernité décalée. Une fresque épique et romantique bien loin des histoires d’amour impossibles et dramatiques qu’on nous ressort à toutes les sauces. Dans Marguerite & Julien, la réalisatrice, fidèle à elle-même parvient à dépeindre de la plus belle des manières, une histoire ô combien tragique et périlleuse en une romance innocente et délicate. C’était le cas dans La Guerre est Déclarée ou encore dans La Reine des Pommes. Une élégance portée notamment par les deux interprètes principaux Anais Demoustier et Jérémie Elkaïm, dont on oublierait presque qu’ils sont frère et sœur tant leur histoire paraît sincère et naturelle.

Photo-3-Marguerite-et-Julien-e1448641870589

L’originalité de la mise en scène tient en grande partie des nombreuses fantaisies que la réalisatrice a souhaité importer dans son film. En effet, on se s’étonnera alors pas de voir les personnages s’arrêter en plein milieu d’une scène pour marquer les moments clés de son récit.  Un parti pris assumé par Valérie Donzelli qui passe outre une reconstitution stricte du XVIIéme siécle en mêlant des éléments modernes à d’autres d’époque: un hélicoptère lors de la fuite des fugitifs, une voiture au beau  milieu des chevaux et des calèches… Clin d’oeil au Peau d’âne de Jacques Demy ?  Une modernité assumée par la réalisatrice. La musique classique du film revisitée par la patte électronique de Yuksek souligne aussi la volonté de Valérie Donzelli de s’inscrire dans cette intemporalité. À suivre, l’interview du dj, bientôt sur BETC POP. Le film sort en salles en demain !

Instagram

Follow Us