[ITW] Rencontre avec JAIN

Le vendredi 06 novembre 2015 dans Interview, Music, Opérations

Aujourd’hui sort le premier album du phénomène JAIN, cette jeune française qui porte en elle les rythmes de l’Afrique et de l’Orient et qui vous a fait chanter/danser sur ses tubes « Come » et « Makeba ». Nous sommes allés la rencontrer pour l’occasion :

 

 

Hello Jain, aujourd’hui sort Zanaka, comment s’est passé sa création ? Quelle est son histoire ?

Ca s’est fait sur du très long terme, ça fait 7 ans qu’il traîne derrière moi comme une sorte de rétrospective de mon adolescence ! J’ai écris « Come » quand j’avais 16 ans, j’en ai aujourd’hui 23. On voit d’ailleurs bien l’évolution à travers les titres, les influences qui ont changées à travers les années et ma vie à l’étranger.

 

Comment vieillit une chanson comme « Come » quand ça fait 7 ans que tu la joue ?

Le fond est toujours resté le même, à un moment j’ai songé à changer les paroles qui me paraissaient un peu trop simples et puis finalement j’ai eu envie de garder ces paroles un peu naïves. Je crois qu’on peut encore écouter la toute première maquette que j’avais mis sur Myspace quand j’habitais au Congo et elle n’a pas beaucoup changé, Maxime Nucci l’a juste « professionnalisée ».

 

Quelle était ta première émotion musicale ?

Un live d’Otis Redding sur YouTube, « Try A Little Tenderness ». C’était la première fois que je voyais un live de soul, il faut dire que j’ai vu des lives très tard à cause de mon enfance dans des pays où il y avait peu de concerts, mon tout premier était à 17 ans.

 

Tu porte une sorte d’uniforme, avec cette robe noire et blanche. Tu avais dès le départ envie d’avoir un visuel fort ou c’est venu en te professionnalisant ?

Quand je suis revenue vivre à Paris, je suis directement rentrée en prépa d’art à l’Atelier de Sèvres, tout en sachant que je n’irais pas au bout pour pouvoir me consacrer à la musique. J’ai profité de cette année pour me concentrer sur l’image, sur ce que j’avais envie de montrer aux gens.

Cette robe n’a pas grand chose à voir avec ma musique, elle est là pour illustrer un contraste entre mes chansons, elle détonne par rapport à ma musique qui est chaleureuse. Je voulais aussi à tout prix éviter le cliché de la chanteuse guitare/voix qui fait du reggae.

 

jain presse (c) Paul & Martin carré

 

Ta rencontre avec Maxime Nucci a été déterminante pour ta carrière, comment ça s’est passé ?

Il y a d’abord eu une première rencontre déterminante, Mister Flash, un beatmaker congolais que j’ai rencontré à Pointe Noire. C’est lui qui m’a appris à utiliser les premiers logiciels pour m’enregistrer, à me faire une sorte de home studio qui m’a permis de poster des sons sur Myspace. C’est là que Maxime a découvert ma musique, il m’a donné un rendez-vous l’été de mes 16 ans à Paris et on a commencé à bosser en studio.

 

Ah donc ça fait déjà 7 ans que vous travaillez ensemble !

Non, pas vraiment. A 16 ans j’ai eu besoin de prendre le temps de me trouver, je voulais m’émanciper et faire de la musique par moi-même sans que quiconque n’ait d’emprise dessus, je suis donc revenue vers lui plus tard.

 

Tu as eu l’occasion de jouer dans quelques festivals en plus de salles de concert, qu’est-ce que tu préfères ?

C’est dur ça ! Dans les festivals il y a quelque chose de très festif, et il y a surtout un tas de gens qui ne sont pas venus là pour toi. Certains s’arrêtent et écoutent, mais c’est plus compliqué qu’un concert où les gens qui sont là sont « ton » public, venus spécialement pour toi dans un truc beaucoup plus intime.

 

 

Quelles sont les claques que tu t’es pris en live cette année ?

Hyphen Hyphen sont assez dingues, j’ai partagé un plateau avec eux c’était top. The Do, Stromae, Christine And The Queens, j’en ai pris quelques unes cette année !

 

Tu as vécu dans plusieurs pays, notamment à Abu Dhabi et Pointe Noire au Congo, ta musique a de grosses influences africaines.

Sur cette album oui, il est clairement africain. C’est là bas que je me suis découverte musicalement, je voulais rendre hommage à ça, et puis ma mère est à moitié malgache et m’a toujours fait écouter de la musique africaine. En revanche les nouvelles chansons que je suis en train d’écrire sont un peu plus arabisantes, orientales.

 

Maxime Nucci et toi décrivez votre travail comme du « Metling Pop ». C’est quoi la Pop Culture pour toi ?

Ce sont des genres artistiques qui se rapprochent de la société, c’est actuel, ça représente la société à un instant T. Notre Melting Pop, c’est une sorte de grand bol d’influences qu’on remplit de hip-hop, de reggae, de folk, de soul mais avec une base de pop.

 

Un son par décennie ?

60’s = Otis Redding, le very best of

70’s = Sgt. Pepper’s Lonely Heart Club Band – The Beatles

80 ‘s = Earth Song – Michael Jackson

90’s = Wu Tang Clan – Enter The Wu Tang (36 Chambers) 

00’s = Beyoncé – Dangerously In Love

10’s = Daft Punk – Random Access Memory

 

Vous pouvez dès aujourd’hui écouter, télécharger ou commander Zanaka, et un petit conseil: préparez vous à taper du pied et à chanter en utilisant votre brosse à cheveux en guise micro, cette fille là a du groove dans la voix et dans les doigts !

par Joz2p

Instagram

Follow Us