Slick Artfair : on y était, on vous raconte !

Le lundi 26 octobre 2015 dans Arts, Exposition

Pour sa dixième édition et pour la troisième année consécutive, la foire SLICK a exposé du 21 au 25 octobre 2015 ses contemporains dans un cadre unique parisien sur les Berges de la Seine au pied du Grand Palais.

Parallèlement à la FIAC (Foire International d’Art Contemporain), la SLICK, Foire à taille humaine propose un regard sur l’art contemporain en représentant la scène émergente contemporaine.

La remise du 7e prix d’art contemporain Arte / Beaux-Arts magazine 2015  récompensant le talent et la créativité d’un artiste émergent a été désigné à Lucien Murat de la galerie belge LKFF Art & Sculptures Projects.
Ce prix a été remis par un jury composé de personnalités issues de domaines représentant la richesse de la création française : David Combe, rédacteur en chef de TRACKS sur ARTE, Fabrice Bousteau, directeur de la rédaction de Beaux-Arts Magazine, Louise Bourgoin, comédienne, Gontran Cherrier, boulanger-pâtissier, Inda Mahdavi, architecte et designer, Thierry dePeretti, metteur en scène, Nicolas Godin, musicien, membre du groupe Air, Owlle, auteur-compositeur-interprète, Johan Tamer-Morael, directeur de la Foire Slick.


Lucien Murat, lauréat du 7e prix Arte

Parmi les artistes sélectionnés notre coup de coeur est The Factory of Universe de Yuki KobayashiA travers cette installation faite de sculptures, peintures et photographies apposées sur une fourrure synthétique rouge dont les poils dessinent d’étranges reliefs, l’artiste nous propose un voyage sans limites aux confins de son inconscient, de sa poésie, et de son art pour sonder nos propres âmes .


Yuki Kobayashi, The Factory of Universe, Gallerie Chabah Yelmani

L’utilisation de ses mannequins asexués, identiques de couleurs, que ce soit lors de ses performances ou ici comme objets-sculptures bien distincts, nous rappelle à quel point l’artiste brise les barrières sexuelles, religieuses, sociales, identitaires et culturelles , autrement dit jusqu’à quel point l’artiste est libre et à quel point l‘ homme est contraint. Univers personnel, touchant, stimulant, et à la fois étrange, l’oeuvre de Yuki Kobayashi est bien l’empreinte d’une époque en perpétuelle évolution cherchant des réponses et dont l’homme est au centre de celles-ci.

Par Hélène Bourgois

Instagram

Follow Us