Interview: 5 minutes dans la peau de MAESTRO

Le lundi 15 juin 2015 dans Bon plan, Music

Signés sur le label Tigersushi, MAESTRO aime jouer avec ses machines, et avec nos limites, mais sans jamais s’en imposer.

maestro

Vous êtes MAESTRO, la rencontre entre Mark Kerr et Frédéric Soulard, un duo franco écossais, comment est né votre projet en commun ? Pensez-vous être le verlan musical du belge Stromae ?
Ahah si la Belgique nous aime autant que la France aime Stromae ce serait déjà très bien!!

Votre album « Mountain of Madness » porte assez bien son nom, comment se construisent vos morceaux ? S’agit-il d’inspirations organiques ou vous vous nourrissez d’éléments extérieurs ? Si oui, lesquels ?
Oui « organique » c’est ça, on aime quand nos morceaux vivent d’eux mêmes et sont remplis de plusieurs couches qui coexistent, comme un petit monde de lutins très méchants qui se bastonnent en prenant trop de drogues… On jamme sur les morceaux pendant des heures, on retire beaucoup, mais on garde beaucoup aussi, on aime l’impression que le son évolue tout le temps, qu’aucune boucle ne ressemble à la précédente. On s’est inventé un groupe tous les 2 pendant toutes ces années, un jour on espère pouvoir jouer ces morceaux à 15 sur scène!

… comme un petit monde de lutins très méchants qui se bastonnent en prenant trop de drogues…

Dans le clip de Celsa, le héros fait exploser les têtes de ses anciens camarades de classe pour les beaux yeux d’une nymphomane, comment vous est venu l’idée ? Ça part d’une histoire vraie ? Racontez nous le tournage, on y reconnaît quelques visages familiers …
L’idée vient des réalisateurs du clip, le collectif « Parachutes », ils sont vraiment très doués. Ça nous a tout de suite plu, cette histoire de psycho qui rêve de vengeance. On voulait quelque chose d’assez violent qui mette en valeur les paroles plus que la musique, pour ce morceau qui est de loin le plus pop de l’album…
Oui du coup on a invité plein de potes au shooting, des connus, des inconnus, ça fait un beau mélange et un beau souvenir de Paris 2015 aussi.

Quels groupes vous écoutez-vous lorsque vous travaillez avec MAESTRO ?
Cluster, DAF, Sonic Youth, Suicide, DuckTails, Cameo, PIL, Arthur Russell, Liaisons Dangereuses, Section 25, Vanity 6

Votre musique est décrite comme de la pop électronique sombre et votre live a l’air assez cathartique et noise, comment se passe la scène ? L’interaction avec le public ? à quoi peut-on s’attendre Samedi au Badaboum ?
Sur scène et aussi en général maintenant, Maestro c’est un trio avec Antoine Boistelle. C’est une super énergie, à trois, tu es obligé d’être direct et clair, ce qui nous a apporte beaucoup par rapport au disque ou on peut plus expérimenter. Ça nous a demandé pas mal de boulot de retrouver les intentions originales et d’enlever de la matière, mais on est content, quelque part c’est beaucoup plus physique et puissant.

par @valfeist

MAESTRO joue ce samedi à Paris, au Badaboum avec BLING DIGITAL CITIZEN et YAN WAGNER

Pour participer au tirage au sort et gagner 2×2 entrées:
1) un like BETC Pop
2) un mail à rsvp.betcpop@betc.com avec le nom de code « MAESTRO » avant la soirée !

Event FB

maestro

Instagram

Follow Us