Badbadnotgood, les wunderkids du jazz/hip hop en interview

Le vendredi 29 mai 2015 dans Interview, Music

Ils sont canadiens, ont été découverts par Tyler, the Creator, sont soutenus par Gilles Peterson et d’autres pontes du milieu, viennent de sortir un remix de dingue pour Future Islands et un album avec Ghostface Killah (ouais, le mec du Wu Tang Clan). Ils étaient de passage à Paris au Villette Street Festival au côté de ce poids lourd du hip hop US et jouent ce samedi 30 mai 2015 au Badaboum. Rencontre avec les wunderkids du jazz.

BadBadNotGood

Vous vous êtes rencontrés sur les bancs d’une école de jazz, qu’est est la meilleure chose que vous gardez de cette expérience ?

Notre rencontre et aussi d’avoir eu la motivation et le cadre pour apprendre la musique, poursuivre cette voie sérieusement. On a beaucoup appris sur le langage et les nuances en musique.

Comment était l’apprentissage ? vraiment très théorique ?

Évidemment, c’est très théorique et on joue aussi beaucoup. On a beaucoup appris, c’est une bonne base pour s’épanouir. Tu côtoies différentes formations, des gens différents, qui ont des idées et des goûts différents, ce qui te permet de trouver ton style au fur et à mesure, c’est super utile pour développer tes propres idées.

Ils vous donnent des conseils sur l’industrie, le music-business ?

Un peu, mais c’est pas ce qui nous a été le plus utile. On a pas du tout appliqué ce qu’on a appris en cours pour en arriver là. On a simplement commencé en jouant, en jammant ensemble.

Oui, on a vraiment l’impression que c’est juste fun et que vous continuez de bien vous amuser

C’est ça, c’est la clé en fait, quand les gens sentent que c’est spontané, authentique, ils te suivent, c’est la meilleur stratégie marketing que tu puisses avoir : faire la musique que t’aime avec tes potes et se faire plaisir.

En jetant une oreille au dernier Kendrick Lamar et à l’album de Flying Lotus notamment, j’ai capté une vibe très jazz, qu’avez-vous pensé de l’album de Kendrick ?

Il est vraiment énorme, très différent de Good Kid, M.A.A.D City et Section 80. Tout est plus expérimental et live dans les accords, les beats, c’est ce feeling que tout est joué en live qui est incroyable. La musicalité et les arrangement, les sons, les textures, tout est super travaillé. En plus, venant de lui, il y a un vrai dimension politique dans les paroles, c’est authentique et ça se sent, ça fait réellement écho à ce qui se passe en ce moment.

Le NME l’a désigné « musicien le plus important du moment » et comme il a bossé avec beaucoup de musiciens de jazz, c’est un signe que le jazz fait son retour dans le mainstream non ?

Oui complètement, le public se remet progressivement à écouter et apprécier le jazz. Sur les dernières années, il y a eu un vrai mouvement de producteurs, de beatmakers qui ont repris des patterns de jazz et les gens se remettent à prendre des instruments et à découvrir d’autres moyens de s’exprimer, de faire de la musique et de s’éclater.

C’est le retour du live dans le hip hop, vous et ces gars là, y contribuez grandement, c’est génial

Particulièrement maintenant, comme tu l’as dit, avec l’album de Kendrick, de Flylo et toute cette nouvelle scène avec Thundercat et les autres. Pour quelqu’un qui n’est pas connu pour son penchant pour le jazz, son nouvel album est vraiment incroyable, la musicalité, la manière dont ils jouent. C’est rafraichissant d’entendre du jazz joué de cette manière dans le mainstream, je pense que les gens kiffent. De voir collaborer les musiciens actuels avec des jazzmans, ces fusions avec l’électronique et le hip hop, c’est vraiment cool.

Vous jouez avec des grands artistes hip hop, genre Ghostface Killah, ça doit être génial d’amener du live quand le mec est habitué à avoir des Djs derrière

C’est vraiment cool de le découvrir dans ce contexte, je pense qu’il a du jouer 1000000 de concerts avec un DJ dans tous les contextes possibles. Du coup, ce qu’on fait ensemble, c’est rafraichissant pour lui, il est plus chaud que d’habitude, il a une énergie différente.

Racontez moi comment vous avez rencontré Ghostface Killah et s’il y a un artiste en particulier avec qui vous aimeriez vraiment bosser ?

On a rencontré Ghostface via un ami en commun, Franck Dukes, qui a proposé ce projet d’album et l’a produit avec nous. Ensuite, on s’est vus et on a appris à se connaitre.

On aimerait vraiment bosser avec Kendrick Lamar, Frank Ocean … On a joué avec lui à Coachella mais on aimerait vraiment créer des morceaux ensemble. Sinon Vince Staples, qui est super talentueux, qui a une vision de ce qu’il veut faire et un sacré feeling et une vraie créativité comparé à d’autres gros artistes en ce moment, je n’ai jamais entendu une mauvaise chanson venant de lui!

Il a bossé avec Earl Sweatshirt, avec qui vous avez joué au Jimmy Kimmel show, c’était comment ?

Ouais, c’est arrivé d’un coup, quelques semaines avant l’enregistrement, on est allés à Los Angeles juste avant pour répéter ensemble, on l’a enregistré, c’était énorme!

Comment vous êtes vous retrouvés à faire ce remix pour Future Islands ? Il n’a rien à voir avec l’originale et vous l’avez vraiment amené à un niveau supérieur ..

Merci, c’était vraiment notre objectif. À la base, un mec qui bosse pour notre label est pote avec le manager de Future Islands, et l’année dernière, au moment où Seasons était en train de percer, ils cherchaient des remixers et nous ont demandé. On a juste prix une boucle du chant a capella et on a essayé des choses différentes, on a jammé avec différent claviers, ça a commencé au piano, à essayer des accords cools et arrangements …

Il y a un vrai style, un groove qui vient pour sur du jazz et c’est agréable que des mecs de 20 ans apportent de nouveau ce type de groove dans la musique.

On essaye juste de s’amuser sans limite, dès qu’on a une idée, aussi étrange soit elle, un son de synthé, un long enchainement d’accords au dessus d’une mélodie, essayer, réessayer et c’est comme ça qu’on atteint des moments puissants.

Le festival du film de Cannes s’est terminé il y a peu, est ce que la musique de film est une source d’inspiration pour vous ?

Absolument, sur l’album avec Ghostface, on a écouté beaucoup d’instrus de Serge Gainsbourg par exemple !

Votre film préféré ?

Pierrot le fou par Godard

par @valfeist

Instagram

Follow Us