Festival les Inrocks 2014

Le lundi 17 novembre 2014 dans Live report, Music

Réunissant une grande partie des succès de l’année, le festival des Inrockuptibles, You Need To Hear This (#YNTHT) a fait salle comble pratiquement tous les soirs. Des jeunes pouces Françaises (Feu! Chatterton) aux monstres sacrés (Damon Albarn), la programmation assurée par Alias était une totale réussite.

Folie

Damon Albarn était LA tête d’affiche du festival, celui qui a insufflé au festival la dimension prestigieuse qu’il a cette année, les attentes étaient grandes. C’est en assistant au show de Mr Damon Albarn qu’on se rend compte que ce n’est pas donné à tout le monde de retourner un public, une salle, de capter l’attention, de passer des rires aux larmes, et que lorsque l’exercice est maitrisé, le concert en devient inoubliable. Le charisme dont lui et son groupe font preuve (The Heavy Seas) embarque le Casino de Paris dans une transe folle et l’atmosphère en devient brulante. Tout cela ajouté à un set irréprochable, mélangeant des titres de son album solo « Everyday Robot« , des chansons de Blur, de The Good The Bad & The Queen, et même de Gorillaz en duo avec Oxmo Puccino sur Clint Eastwood.

Tristesse

Lykke Li a deçu. Un set en demi teinte, parfois ennuyeux parfois très beau. Finalement on ne sait pas sur quel pied danser, alors on ne danse pas vraiment, on ne se laisse pas emporter par la sublime scénographie de la Suédoise. Mention très négative au son qui aurait pu donner de beaux acouphènes si nous n’avions pas de bouchons.

Surprise

Àesgir est un chanteur Islandais de musique, et avec cela vient une tradition de musique contemplative, douce et lancinante. Bien qu’il manque un brin de folie et d’explosion pour en faire une machine à la hauteur de ses compatriotes de Sigur Ros, mais il se défend

 _51B4066

©Valentin Chemineau

Découverte

Feu! Chatterton n’est pas vraiment une découverte, mais c’était la sensation de notre festival. Jeune pouce de la scène Française, ils se retrouvaient à ouvrir pour le dandy Baxter Dury. Un set teinté de références à Gainsbourg avec comme apogée le superbe Code Concorde, titre dont on ne se lasse pas.

Valeur sure

Glass Animals deviennent des habitués de notre rédaction. Leur disque Zaba fait parti des albums de l’année, et leur classe presque animale sur scène en fait un des groupes incontournables de cette années 2014. Leur tubes Gooey ou Black Mambo résonnent encore dans nos tête.

Pour conclure cette édition du festival Les Inrocks 2014, on félicitera Alias pour cette programmation très juste et les Inrocks pour l’organisation. Par contre mention négative au Casino de Paris, qui en plus de proposer une acoustique douloureuse pour les tympans, vendait ses bouchons d’oreille (en mousse orange) 2€.

Instagram

Follow Us