« RACINE CARREE », L’ALBUM POUR LES GRANDS ENFANTS

Le lundi 19 août 2013 dans A l'écoute, Music


Paul Van Haver aka Stromae n’est plus un anonyme dans le paysage musical que ce soit en France, en Belgique ou dans le reste de l’Europe. Après de nombreuses unes en cette deuxième moitié 2013, le chanteur est devenu une sorte d’icône. Mais une icône de qui ? de quoi ?

Et oui, le bonhomme est quand même difficile à cerner, lire entre les lignes des dizaines d’interviews s’avère être une affaire compliquée. Autant donc se pencher sur son tout nouvel album pour essayer comprendre l’univers du chanteur.

On connaissait « Formidable », qui avait fait le buzz ; on connaissait « Papaoutai » et son clip plus que maitrisé. Pour les amateurs, on connaissait aussi « Tous les mêmes » et « Humain à l’eau » que le chanteur avait présentée avec ces fameuses leçons.


Le reste est tout nouveau ou presque. « Racine Carrée » est maitrisé, ingénieux et recherché. Des brides de déception dans les productions qui parfois prennent des allures de déjà-vu. Stromae a tout de même frappé fort avec un album qui marque à nouveau une étape dans la carrière du chanteur souvent comparé à Jacques Brel à tort ou à raison.

Stromae-Racine-Carrée-2013-1200x1200

Les clés de la réussite sont pourtant à aller chercher plus loin que la ressemblance vocale avec le grand chanteur du plat pays. Le bonhomme continue parfaitement sa route avec un album où les textes s’affichent comme des comptines pour enfants mais qui prend un tout autre sens lorsqu’on s’y penche.

Déjà dans son premier album, le chanteur belge parlait des problèmes parentaux, du divorce, de la difficulté de la vie, de l’alcoolisme et d’autres sujets qui intéressent plus souvent les parents que leurs enfants.

Le pari fonctionne à nouveau dans « Racine Carré », il faut savoir lire entre ses textes pour comprendre la profondeur des textes du chanteur qui n’a pas l’air d’avoir renoncé pour autant à son côté enfantin qui lui colle si bien.

Voilà aussi la raison pour laquelle il est difficile de comparer le grand Stromae et le grand Brel, le ton, la présence quasi envoutante sur scène, la gueule tonton-flingueurs sont certes des points communs mais la ressemblance s’arrête là.

Le contrat est quand même rempli pour ce nouvel album ; du changement par rapport au premier, le chanteur ose plus et change de style (un rap sur « Humain à l’eau »), plus de couleur dans les productions qui oscillent entre la bass music, l’électronique, la dubstep, la moombathon ou encore la trap même si l’on regrettera le manque d’audace pour certaines.

Le chanteur sera en concert au Trianon le 9 décembre prochain au Trianon et au Zenith de Paris en mars prochain, deux occasions pour se rendre à un concert qui vous donnera sans aucun doute des courbatures durant trois jours.

Instagram

Follow Us